Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 03:07

         BIOCONTEE DE RKF... PAR RKF... 
         ECRIT AVEC SUGGESTIVITE

              mmmnnnmmm 

Il était une fois, à la fin du mois de mars 1960, un comptable qui, le premier jour de son congé annuel eut la chance de se voir servir par sa femme un repas extrêmement succulent pour son déjeuner. Ainsi honoré, il décida de faire une petite sieste avec sa dulcinée. La sieste dura tout l'après-midi. Elle fut encadrée par deux moments d'amour. Je fus conçu ce jour-là. Dans un après-midi chaud, sous la tension brûlante de deux corps en sueur.

 

Huit jours après ma naissance, je fus, d'abord « sorti de la chambre maternelle» pour la première fois. (A travers cette expression, on désigne en fait une cérémonie traditionnelle où l'enfant, en occurrence moi, est sorti et positionné avec plusieurs passages sous l'eau, mélangée à la rosée, qui dégouline du toit. Pendant ce temps, mon premier prénom, Koffi, est rappelé 3 ou 7 fois. Ceci donne droit à une fête à la maison). Puis après, j'ai été amené à l’église pour mon baptême. Là, j'ai reçu mon deuxième prénom Roger.

Koffi, dans ma tradition, est le prénom d'un garçon né le vendredi (tous les jours de la semaine donnent un prénom traditionnel automatique...). Et Roger est le prénom du saint marqué sur le calendrier chrétien à la date du 30 décembre. Ils n’ont pas fait beaucoup d’efforts de ce côté-là, mes parents !

Le prêtre catholique qui me baptisa inscrivit sur son livret le nom de famille de mon père le comptable, avant mes deux prénoms : ce qui donna FIANGOR Koffi Roger.

Mes parents assistèrent à cette cérémonie avec une grande joie. Surtout ma mère qui reprenait vie après un accouchement bien fatigant.

Selon son témoignage, je l'avais allègrement empêchée de fêter à la fois Noël et le Nouvel An. Car je suis né un 30 décembre, après avoir déclenché le travail me concernant le 25 décembre. Cinq jours de « galère » pour ma pauvre maman qui, néanmoins, en était à sa quatrième expérience d'accouchement. Quand, enfin, j'ai décidé de sortir le 30 elle était tellement fatiguée qu'elle a dû « zapper » le 31 décembre et le 1er janvier : c'est deux années de souffrances, quand même !

                                                                           

 ttttttt 

Mais j'étais là. Et je faisais déjà son bonheur et sa fierté.

J'ai grandi vite. Entre-temps, sur mes quatorze ans, la politique du changement des prénoms importés par les prénoms authentiques décrétée au Togo –et ceci est en soi une histoire à part entière- m’a fait choisir une identité propre. FIANGOR Koffi Roger est alors devenu FIANGOR Koffi Mawuli Rogo. Bien évidemment Mawuli et Rogo ont un sens. Mais je vous les expliquerai plus tard…ne pas oublier de  me demander quand même !

vvvvvvv

J'ai fait de bonnes et sérieuses études secondaires et universitaires. J'ai fait de grandes études. Ce qui reste un rare privilège pour la plupart de mes pairs vite déscolarisés par la précarité sociale.

Et aujourd'hui, je me rends compte que je suis un chanceux qui a eu un chemin parfois limpide parfois saccadé. Mais un chemin riche de plusieurs expériences professionnelles, de plusieurs rencontres extraordinaires, de plusieurs perspectives et projets de vie.

Avant de commencer à enseigner le français au collège protestant de Lomé au Togo, j'avais déjà à mon actif, durant mon parcours scolaire et universitaire, bénéficié de plusieurs expériences théâtrales. Ma formation en Lettres Modernes m’a permis de fréquenter la littérature française d'abord et africaine ensuite, puis mondiale après. De façon très passionnée.

 

zzzzzzz

 

  J'ai enseigné le français pendant huit ans et quand « j’en ai eu ma claque », je me suis converti au journalisme que j’ai exercé pendant une année. Puis j'ai été consultant pour une grande O.N.G. de jeunesse à l’Unesco, pendant une autre année.

Durant ma formation de troisième cycle, qui débouchera sur un Doctorat de Littératures Comparées, option Théâtres africains, que j’ai brillamment soutenu, j'ai exercé plusieurs petits boulots : animation culturelle, encadrement de jeunes enfants et d’adolescents, distribution de prospectus, enquêtes diverses, assistance d'un agent des pompes funèbres…

Autant de belles expériences qui font côtoyer dans la réalité plusieurs secteurs d'activité. Certaines de ces expériences sont très enrichissantes, d'autres jalonnent juste le parcours, pour des raisons surtout alimentaires.

 

     tzzppvv t

À partir de 1998, ma passion pour les contes s'est réveillée. Je travaillais à l'époque dans une association qui s'appelait Interférences culturelles, rue Guy de la Brosse dans le 5e arrondissement à Paris Jussieu. J'ai alors commencé à raconter en volontaire, en bénévole, en amateur, à gauche,  à droite…

En 2001, après mon doctorat, j'ai été engagé à l'Institut PANOS comme responsable du Programme des médias de la paix en Afrique centrale. Six ans après le grand génocide connu par le Rwanda. J’étais en charge de correspondants de six pays.


                     ppppppp

Le « bureau », l’enfermement dans un univers clos, l’ordinateur, le face à face intensif avec l’écran, le fait de rester là à penser, à panser les terribles réalités d'un continent qui recule et d’un monde toujours plus égoïste, et plusieurs autres raisons personnelles m’ont vite poussé à envisager une autre activité. Quelque chose qui me mettrait directement en prise avec un public, des enfants et des adultes, afin de faire entendre une voix qui trace des voies, un désir d'offrir des voyages de l’esprit, des voyages multiculturels et pluriels, voyages de l'imaginaire vers la réalité, et vice versa…

 

iiiiiii

 

C'est ainsi que le conte a resurgi fermement. Pour aider et faire voyager !

Depuis lors, il ne me lâche plus, et je ne le lâche pas, non plus !

Je suis donc devenu conteur par nécessité de dire. Et de faire ! Tout simplement !

 

                                                                                                                 a RKF  a

 

 

Contacts directs : 06 63 71 30 49- 01 76 00 80 90  Email :  rokofi@club-internet.fr

Contacts Professionnels : Cie Gakokoé : 03 81 91 22 83 – 06 61 59 10 48,    

8, Rue Contejean, 25200 Montbéliard,  Email : gakokoe@yahoo.fr

 

Pour plus de curiosités,  taper rogo koffi sur www.google.com  ou http://www.gakokoe.com/Contes%20Rogo.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kodjo epou 31/07/2010 06:06


I've witnessed a part of your story.Good to know you're alive,Rogo.
Wish you all the best!
Antoine


oli 28/10/2008 12:31

si je peux me permettre...
La typo est bien trop grande
Il y a déjà bcp à lire et il n'est pas conseillé de se servir trop de l'ascenseur car cela lasse le lecteur
la photo des penseurs est chouette mais dommage qu'il y ait les étiquettes des prix sur les statuettes...mais on peut croire que les pensées sont monnayables.

Présentation

  • : Le blog de rogokoffifiangor
  • Le blog de rogokoffifiangor
  • : Ce blog a pour objectif principal de présenter le parcours, les animations, les recherches et le travail de création de Rogo Koffi FIANGOR. Il n'est pas mis à jour au quotidien mais relève les événements principaux qui meublent mon activité de comédien conteur. Mon concept de travail en matière de contes s’enferme dans le sigle suivant : VIDEM. Voyage – Instruction – Distraction – Education – Médiation. J’écris beaucoup. 2 livres publiés. Un CD. Mais beaucoup de manuscrits en attente d’intérêts…
  • Contact

Recherche

Liens